Réalisations de l'Atelier Caravane

Actualités

Expos à voir, scénographies de théâtre, workshop....

  • Projets en cours • 2018

    Concours lauréats
    Phases études et travaux

     

     

Projets en cours • 2018
  • Prisme • Musée Lalique – 2018

    Musée Lalique • Wingen-sur-Moder

     

    27 avril 2018 – 4 novembre 2018
    Le musée Lalique met en lumière les œuvres extraordinaires issues de la rencontre entre le cristal Lalique et des artistes contemporains. Par le prisme de ces œuvres à la fois singulières et remarquables, l’exposition donne à percevoir l’univers de leurs créateurs tout en soulignant l’extraordinaire savoir-faire de la Maison Lalique.

    S’inscrivant dans l’esprit du créateur de la Maison, Lalique Art a renoué avec cette technique sophistiquée, tout en utilisant en parallèle le soufflage et le moulage, pour éditer des œuvres d’exception. Ainsi, des pièces d’Yves Klein ou Rembrandt Bugatti ont trouvé un nouvel élan en changeant de matérialité. Les lignes des architectes Zaha Hadid et Mario Botta ont donné vie à des vases et à des coupes. L’imaginaire du plasticien Anish Kapoor s’est lui aussi nourri de la magie du cristal. Le peintre Terry Rodgers a réinterprété l’iconique vase Bacchantes, créé par René Lalique en 1927. Damien Hirst, quant à lui, a conçu une série de sculptures interrogeant sur le cycle de la vie.

     

    • Voir le site de l’exposition

Prisme • Musée Lalique – 2018
  • Nicolas Régnier, l’homme libre

    Musée d’arts • Nantes

     

    1 décembre 2017 – 11 mars 2018
    L’exposition Nicolas Régnier est un voyage: de salles en salles, nous suivons le sillage de ce peintre originaire de Maubeuge, jusque dans ses aventures italiennes à Rome et Venise.
    L’ensemble donne à voir les différents styles et écoles qui traversent l’œuvre de l’artiste, mais permet également de mettre en lumière la collection d’art ancien du musée, et notamment d’autres tableaux de l’école caravagesque comme ceux de Georges de la Tour ou de Virginia Vezzi.
    En plus des œuvres, le public se voit aussi proposer une vaste exploration numérique. Dans une salle dédiée, il est possible de toucher du doigt les différentes activités de Nicolas Régnier grâce à 3 tablettes numériques, permettant d’être tour à tour collectionneur, expert et marchand d’arts.
    En plus des installations numériques, une salle dédiée aux familles propose de nombreuses activités autour de l’œuvre du peintre : dessin, lecture, et visite dans l’atelier de l’artiste.

     

    • Voir le site de l’exposition

Nicolas Régnier, l’homme libre
  • Dada är Dada

    Bildmuseet • Umeå (Suède)

     

    17 novembre 2017 – 20 mai 2018
    Le mouvement Dada naquit en 1916 à Zurich, en réaction à la 1ère guerre mondiale et au conservatisme de la valeur de la société civile.
    Cette exposition permet la résonance d’une multitudes d’objets et d’oeuvres relatifs à ce mouvement : peintures, dessins, documents, photographies, collages, objets, enregistrements sonores, films…
    Pour ce projet, Alexandre Früh a conçu la totalité de l’exposition tout en oeuvrant en tant que commissaire d’exposition.
    L’ensemble a été prêté par des collectionneurs privés et des musées en Europe.

     

    • Voir le site de l’exposition

Dada är Dada
  • Leit an der Stad

    Musée d’Histoire • Luxembourg

     

    6 octobre 2017 – 31 mars 2019
    Dans cette exposition, le visiteur est une sorte de flâneur, parcourant l’espace scénographique comme l’espace urbain. Le parcours est composé d’environ 200 photos de la vie quotidienne dans l’espace public de la ville de Luxembourg, des années 1950 à nos jours.
    Il est commun à toutes les images qu’elles puissent être assignées au genre de la « photographie de rue », qui dépend de la saisie spontanée d’une situation particulière. Les enregistrements de passants aléatoires ou de groupes de personnes deviennent des documents historiques avant la toile de fond de la ville, mais ils s’étendent aussi au-delà du contexte temporel à travers leur atmosphère et leur composition.
    L’usage de panneaux gris apporte une sobriété en résonnance avec les photographies en noir et blanc, ce qui accentue leur force et les met en relief. Les structures d’accrochage en bois ont été conçues dans un style épuré et minimaliste afin d’ouvrir l’espace et créer une fluidité du regard.

     

    • Voir le site de l’exposition

Leit an der Stad
  • Lorrains sans frontières

    Musée Lorrain • Nancy

     

    7 octobre 2017 – 2 avril 2018
    La Lorraine est à la fois un carrefour et une frontière. Ses spécificités géographiques et politiques en font un territoire d’apports culturels. C’est la complexité de ces brassages que l’exposition met en lumière à travers des symboles en rapport avec les thématiques abordées.
    Nous avons conçu l’espace d’exposition comme un lieu de déambulations avec des passages marqués, par le biais du travail au sol et aux murs. Les aplats de couleurs sont volontairement forts et placés sur fond blanc afin de montrer la pluralité des populations et des flux successifs.
    L’éclairage permet de singulariser les différentes étapes tandis que les grandes reproductions jouent un rôle majeur dans l’immersion des visiteurs (sons, objets, grandes iconographies…).

     

    • Voir le dossier de presse de l’exposition

Lorrains sans frontières
  • Le Crépuscule

    de Lionel Courtot
    avec Philippe Girard et John Arnold

     

    Première adaptation de l’essai d’André Malraux Les chênes qu’on abat…, le spectacle le Crépuscule retrace l’ultime rencontre entre de Gaulle et son «incomparable témoin», peu avant la mort du Général. La pièce s’enclenche sur l’échec du référendum de 1969 et le retrait de de Gaulle de la vie politique, elle se poursuit dans le dialogue fictif relaté dans l’essai et s’achève sur la mort de celui qui avait incarné l’espoir, l’orgueil et la force du peuple français.
    La mise-en-scène importe dès lors, de miser sur la charge poétique des éléments de décor, sur les gestes des comédiens et sur la magie de la technique. L’espace doit devenir un acteur et traduire dans la scénographie l’abandon du pouvoir du général : tout un travail collectif auquel participent Alexandre Fruh, l’avisé scénographe et Xavier Martayan, l’ingénieux régisseur lumière, dans l’objectif commun de transformer et de sublimer la réalité, de créer pour la scène, pour que l’œuvre de Malraux puisse aussi être entendue et vue.

    • Adaptation et mise en scène par Lionel Courtot
    - Distribution : Philippe Girard, John Arnold
    - Scénographie : Alexandre Fruh
    - Lumière : Xavier Martayan
    • Création PréO – Strasbourg-Oberhausbergen – 21-22 octobre 2016
    • Tournée :
    - Brive-la-Gaillarde 4 novembre 2016
    - Tulle 6 novembre 2016
    - Promo Paris 7 novembre 2016
    - Montbéliard 20 novembre 2016
    à venir :

     

    • Voir le dossier du spectacle

Le Crépuscule
  • Héritage inespéré, objets cachés au cœur des synagogues

    Musée des Beaux-Arts
    Galerie Heitz • Strasbourg

     

    octobre 2016 – février 2017
    La découverte exceptionnelle en 2012 d’une genizah sous le plancher des combles de la synagogue de Dambach-la-Ville a inspiré une exposition coproduite par le Musée Alsacien de Strasbourg et le service de l’Inventaire de la Région Grand Est.
    La scénographie entièrement blanche dans la salle repeinte en bleu ciel, est un ensemble de modules carrés qui forment des cimaises plus ou moins hautes et des vitrines tables du même format. Déclinées pour présenter des objets très anciens pour la plupart en tissu, papier ou bois…, les vitrines offrent un large regard sur les ensembles reconstitués. La circulation est fluide et permet de s’approcher au mieux des objets.

     

    • Voir le dossier de presse de l’exposition

Héritage inespéré, objets cachés au cœur des synagogues
  • Parcours d’en fer – 12 objets repères

    Musée de l’Histoire du Fer • Jarville-la-Malgrange

     

    À partir d’octobre 2016
    Mise en lumière de 12 objets incontournables du musée et de la nouvelle acquisition du musée :
    la fresque dite des Grands bureaux de Florange, une œuvre monumentale de Camille Hilaire.
    Par l’ajout de cimaises de couleurs et de supports d’impression, la nouvelle scénographie vient valoriser la présentation de ces objets. Une nouvelle organisation des ensembles répond au graphisme imprimé sur toiles suspendues ou panneaux. De grands visuels sur adhésif couvrent les baies omniprésentes dans cette architecture dédiée à Jean Prouvé.

     

    • Voir le site du musée

Parcours d’en fer – 12 objets repères
  • Austrasie, le royaume mérovingien oublié

    Musée municipal • Saint-Dizier
    Musée d’Archéologie Nationale • Saint-Germain-en-Laye

     

    sept 2016 – mars 2017
    L’exposition est un voyage immersif en Austrasie, territoire méconnu aux frontières floues. La scénographie fait appel aux notions de fragment, incomplet, caché… pour mettre en valeur les objets restitués et les connaissances acquises par les archéologues. Assemblage de modules, l’exposition sera réagencée au MAN l’année prochaine. Les précieux objets sont discrètement soclés dans les vitrines délicatement éclairées.
    Le graphisme et la signalétique habillent les cimaises aux couleurs des différentes thématiques. De grands visuels, des dispositifs multimédias et interactifs ponctuent le parcours de visite sur les deux niveaux de la salle. À l’étage, le visiteur découvre l’exposition vue de haut, grand chantier de fouilles aux carroyages colorés où l’on perçoit les sons des outils des archéologues au travail.

     

    • Voir le site de l’exposition

Austrasie, le royaume mérovingien oublié